Le marché du bien-être face à la crise du Coronavirus

Méditation, hypnose, yoga, danse ou encore cuisine… Depuis la mise en place des mesures de restrictions de déplacement et de confinement de la population dans la plupart des pays européens, les offres en ligne se multiplient et le public est au rendez-vous ! Certains professionnels du secteur existent déjà sur Internet depuis longtemps, tandis que d’autres doivent s’adapter pour répondre à la demande. Tour d’horizon.

Le coronavirus affecte notre santé mentale et psychique. La crise sanitaire et les conséquences qui en découlent – inactivité, isolement, confinement – contribuent à saper le moral des Européens en proie au stress et à l’anxiété, voire même à la dépression.

Selon un sondage réalisé par l’institut Sotomo pour la SSR et rendu public mardi 24 mars, l’état d’esprit des Suisses s’est dégradé depuis le début de la crise. Leurs inquiétudes concernent la restriction des libertés (38% de fortes craintes), les pertes financières (33%), la perte d’emploi (15%) et l’augmentation des conflits privés (10%). Comment ne pas se laisser déborder par ses émotions ? Et quelles sont les options à notre disposition pour apaiser notre esprit ?

Se rendre utile

Face à cette situation inédite, Petit Bambou a été l’un des premiers acteurs à réagir. L’application de méditation en ligne qui compte 4,7 millions d’utilisateurs dans le monde, dont 300’000 en Suisse, a décidé de rendre accessibles gratuitement certains de ses programmes pour les adultes, ainsi que les séances d’initiation pour les enfants et les adolescents. «On voulait réagir vite pour apporter notre aide à toutes les personnes dans le besoin en cette période particulière: toutes celles et ceux qui sont sur le front au quotidien, mais aussi les parents et les enfants confinés à la maison», explique Benjamin Blasco, le co-fondateur de Petit Bambou.

La startup française a également mis en place un rendez-vous de méditation collective avec une dizaine d’experts bénévoles, du lundi au vendredi à 9h, en live sur sa page Facebook. L’objectif étant offrir à tous un petit moment de bien-être et d’échange avant de commencer la journée. Et le succès est là: «Le nombre d’utilisateurs a été multiplié par trois ces derniers jours», constate Benjamin Blasco.

Thomas Busigny a guidé la séance de lundi consacrée à la joie. Cet exercice n’est pas nouveau pour lui. Le psychologue et psychothérapeute belge organise, depuis plusieurs années déjà, des programmes de méditation collective en petits groupes dans son cabinet à Toulouse: «Beaucoup de gens méditent seuls», précise-t-il, «la dimension collective permet d’apporter un vrai plus: l’échange entre les gens. Avec l’instauration du confinement en France, j’ai voulu me rendre utile donc j’ai décidé de lancer un nouvel atelier quotidien de méditation public pour tous les francophones sur la plateforme Zoom.»

Depuis une semaine, une centaine de personnes participe, chaque jour, à ces sessions: certaines sont habituées à ce type d’exercices, mais pour d’autres c’est une première… «Il y a une réelle demande qui va grandir avec la crise», selon Thomas Busigny, «les gens ont pris conscience du besoin de se reconnecter et de leur capacité de résilience.»

Lire la suite de l’article publi´é le 27 mars 2020 sur le site internet de Bilan :
https://www.bilan.ch/luxe/le-marche-du-bien-etre-sadapte-face-a-la-crise-du-coronavirus

Publié par laurewag

Journaliste correspondante à Genève (Suisse)

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez votre site Web avec WordPress.com
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :